L’ile de NANTES près de 10 ans après…

En 2007 Colbert Investissement Immobilier avait été invité par le CAUE* 92 à une rencontre avec Alexandre CHEMETOFF dans ses ateliers installés sur l’Ile de NANTES.

L’architecte-urbaniste, paysagiste, avait pour mission la rénovation urbaine de ce territoire laissé en friche industrielle après le démantèlement des chantiers navals de l’Atlantique.url 1

L’ambition de la ville de NANTES était grande, redonner vie à un territoire abandonné, et dont la simple évocation faisait fuir bien des Nantais.

Le projet était séduisant sur le papier. La volonté de concertation d’Alexandre CHEMETOFF, son ambition de faire évoluer le projet en fonction de l’appropriation de l’espace par la population nantaise, son rejet des dogmes en matière d’urbanisation, forçait l’admiration.

Toutefois les grandes et belles idées ne trouvent pas toujours leurs transcriptions sur le terrain.

Interrogé comme asset-manageur nous avions émis des réserves sur les débouchés de l’immobilier résidentiel auprès des investisseurs. Nous redoutions entre autre le risque d’une trop grande concentration d’immeubles neufs.

Malgré ces réserves nous gardions une veille attentive sur toutes les évolutions de ce secteur en allant régulièrement sur place constater sa transformation. C’est ainsi qu’en 2009 nous avions commercialisé le programme « KANOPÉ » de BOUYGUES – IMMOBILIER qui aujourd’hui s’impose dans le paysage urbain du Mail Pablo Picasso.

Et plus récemment le programme « NOUVELLE VAGUE » de VINCI IMMOBILIER où nous avonsP1010951

effectué une remise de clés. Notre dernière visite, très récente, à l’occasion de la livraison d’un

appartement de la résidence

Cette dernière visite nous a confirmé la totale réussite de la rénovation urbaine de l’Ile de NANTES dans sa pointe orientale avec l’aménagement du Mail PABLO PICASSO.

Nous voulons ici rendre hommage à toutes les personnes qui ont permis que « l’Ile BEAULIEU » soit maintenant un lieu incontournable de NANTES et nous sommes persuadés que la phase finale avec l’aménagement de la pointe ouest et le projet phare « ILINK » sera l’avant-scène d’une transformation urbaine parfaitement réussie.

A quoi serait dû ce succès ?

Le pari fou de ce projet était de convaincre la population nantaise d’investir les lieux. L’intelligence a été de créer avant toute construction d’immeuble ou d’infrastructures un lieu de vie de festivité et d’évènements qui donnerait aux Nantais l’envie de traverser le bras de la MADELEINE de la LOIRE.

L’idée de génie est venue de François Delarozière et Pierre Orefice de convaincre la Communauté d’Agglomération de développer un projet touristique avec la création dans les hangars des anciens chantiers navals des « MACHINES DE L’ILE » Ce projet a permis de faire de l’Ile de NANTES un lieu festif et touristique incontournable. Ou toute la population nantaise aime à se retrouver à chaque occasion de la sortie de « l’éléphant » ou de «l’arbre aux hérons ».

l'éléphant

L’Ile n’était plus un territoire abandonné de tous mais devenait un lieu de partage, et de fête, où nombreux seront ceux qui voudront y vivre.

Les implantations de l’Ecole Supérieure d’Architecture, du Palais de Justice, du Palais de Congrès, du pôle d’affaire EURONANTES, ont créé des centres d’emplois et de business nécessaire.

Pour l’investissement… Iles de NANTES ou anciens quartiers de l’intra-muros ?

Le succès de l’Ile de NANTES donne à la ville tout entière une image dynamique, volontaire, enthousiaste. NANTES est une ville qui va de l’avant !

La fierté que peuvent avoir les architectes aménageurs c’est d’avoir créé un lien intime entre un quartier neuf et l’existant. Loin de s’opposer, les quartiers historiques, les styles d’architectures des deux côtés du bras de la LOIRE se complètent. Ils offrent un choix d’habitat et de vie alternatif.

Cette situation créée des opportunités d’investissement très intéressantes. Ainsi on peut dire de NANTES :

« Á chaque investisseur son investissement »

Aux espaces urbains modernes et à l’architecture neuve et ambitieuse, certains préfèreront des projets plus maitrisés en taille et la mixité architecturale d’un ancien quartier.

Tout est une question de choix personnels et d’objectifs de rendement ou de rentabilité.

Sur ces deux derniers points cela nous renvoyaient à la question du ratio de valeur foncière pour les programmes de l’Ile.

En effet, autant le comparatif avec le prix de l’ancien est facile avec les nouvelles constructions de l’intra-muros, autant la difficulté était pour l’Ile de manquer de référence à de l’existant. La crainte étant bien sûr de faire supporter aux investisseurs les coûts des aménagements avec le risque d’un retour sur investissement très faible.

Or nous constatons que les prix du m² sont au niveau de la plupart des quartiers de l’intra-muros voir bien inférieur à certains quartiers résidentiels comme Félix Faure.

Du côté locatif :

La densité de l’Ile pouvait faire craindre des carences locatives. Or sur les programmes que nous avons commercialisés

« Résidence KANOPÉ » ou plus récemment « NOUVELLE VAGUE », le taux d’occupation du premier est de 100 % et la mise en place du locataire pour le second qui vient d’être livré est imminente.

Un habitat pour tous.

Pour les locataires, chacun y trouvera son compte. Á la vie animée d’un lieu touristique certains préfèreront les quartiers authentiques et plus calmes.

 En conclusion.

Notre dernière visite nous a renforcé dans notre idée que NANTES fait partie des secteur d’investissement à fort potentiel avec des prix de l’immobilier neuf qui sont resté stables depuis trois ans. et souvent bien inférieur à beaucoup d’autres villes comparables.

En revanche nous sommes convaincus que les choix des investisseurs doivent se porter uniquement sur l’intra-muros et bien sûr l’ILE DE NANTES. les projets de périphérie bien que situés dans la communauté d’agglomération comporte des risques locatifs élevés surtout dans le nord vers Saint HERBLAIN notamment.